Mon panier

Votre panier est vide.

Livraison offerte dès 100€

100€
Livraison offerte
×





FAQ RSE

Nous avons répertorié ici les questions que l'on nous pose régulièrement sur notre lingerie et notre service. N'hésitez pas à nous contacter directement par email ou via le formulaire de contact si vous ne trouvez pas la réponse à vos questions. Nous nous ferons une joie de vous aider !

Hello MINA STORM, j’ai entendu dire que vous étiez une marque éco-responsable, mais ça veut dire quoi ?

Ça veut dire qu’on essaye dans chacune de nos collections de penser à notre impact sur la planète. Depuis le début de notre aventure, nous n’avons jamais arrêté d’essayer de chercher des alternatives pour améliorer l’impact de nos produits.

D’accord, mais comment être sûre que vous ne pratiquez pas le greenwashing ?

Le greenwashing est une pratique visant à induire en erreur le consommateur sur les valeurs écologiques d’une entreprise ou d’un produit. Pour l’éviter, ça nous tenait à cœur de tout vous expliquer, c’est pour ça qu’on a souhaité vous partager nos engagements. Et si ce n’est pas suffisant, n’hésitez pas à nous poser des questions. 

Très bien dans ce cas, j’en ai plusieurs. Pour commencer comment et pourquoi vous choisissez vos matières ?

Le choix de nos matières nous tient à cœur, pour vous et aussi pour la planète ! Les critères techniques les plus importants sont : une matière provenant d’Europe et qui possède le label Oeko-Tex Standard 100. Le choix des matières dépend ensuite de nos besoins pour les futures collections. Pour une collection de maillots de bain, nous nous dirigeons vers des matières recyclées. Pour une collection de lingerie ou de No bra Top, nous allons favoriser les matières végétales biologiques. Notre lingerie en dentelle utilise des fibres recyclées.

Ok, je pense avoir compris, mais j’en ai encore plus ! Déjà, c’est quoi le certificat Oeko-Tex Standard 100 ? Et ensuite pourquoi le coton et les matières recyclées ?

Le certificat Oeko-Tex Standard 100, c’est l’assurance que nos produits ne contiennent pas de produits nocifs pour vous ou la planète, mais pour obtenir ce certificat, il faut que toute la chaîne de production le possède. Pour en savoir plus, on vous a tout expliqué ici. Et pour les matières ? C’est simple le coton l’essayer, c’est l’adopter ! Le coton biologique et les matières recyclées sont plus respectueuses de l’environnement. Tout est expliqué sur notre Bible des matières !

LEXIQUE RSE

L'ACV est un sigle désignant l'Analyse de Cycle de Vie. Pour en donner une définition claire, l'ACV est une méthode d'évaluation qui permet de quantifier les impacts environnementaux d'un service ou d'un produit tout au long de son cycle de vie.

L’audit de responsabilité sociétale est un outil d’évaluation des entreprises par un tiers externe, qui permet d’établir à un moment donné les performances de une société vis-à-vis du développement durable, de la maturité de sa démarche RSE et les axes à améliorer pour renforcer ses engagements envers l’Humain ou l’Environnement.

Développé depuis les années 2000, le bio-plastique ou plastique bio-sourcé est un bio-plastique issu intégralement ou en partie de sources renouvelables (végétales, résiduelles, animales ou algales). Dès lors, les matières premières les plus fréquemment utilisées sont l’amidon, le sucre et la cellulose. L’objectif ? Concevoir un emballage plus respectueux de l'environnement !

La certification est une procédure destinée à faire valider par un tiers indépendant le respect du cahier des charges d’une organisation par une entreprise.

Ce processus évalue la conformité qui aboutit à l’assurance écrite qu’un produit, une organisation ou une personne répond à certaines exigences. On distingue trois grandes catégories de certification : La certification première partie, une auto-déclaration réalisée par soi-même; La certification seconde partie, où le client vérifie la conformité de son fournisseur; La certification tierce partie, où la conformité est vérifiée par un organisme certificateur indépendant.

La consommation d’eau bleue est mesurée par la quantité d’eau douce consommée par la production d’un objet et non réinjectée dans le même bassin versant. Elle est exprimée en litre d’eau.

L’éco-conception c’est  l’intégration systématique des aspects environnementaux à chaque étape du développement des produits ayant pour objectif la réduction de leurs impacts environnementaux tout au long de leur cycle de vie.

L’eutrophisation des eaux douces est mesurée par la quantité de phosphates rejetée dans l’eau.

D’après l’ADEME, L'empreinte carbone est un indicateur qui vise à mesurer l'impact d'une activité sur l'environnement, et plus particulièrement les émissions de gaz à effet de serre liées à cette activité. Elle peut s'appliquer à un individu (selon son mode de vie), à une entreprise (selon ses activités) ou un territoire.

Le greenwashing désigne une pratique consistant à présenter une marque ou commercialiser un produit en trompant le consommateur sur ses avantages sociaux et environnementaux. Le but est d’attirer des clients socialement responsables sans s’engager réellement, pour éviter les investissements nécessaires à la transition énergétique.

Un label est une marque protégée, créée par un organisme public, une association ou une organisation professionnelle. Il est apposé sur un produit afin d’en garantir l’origine, les spécificités, le niveau de qualité ou la conformité à des normes de production préétablies, dans le but de le distinguer des produits concurrents.

Le Lyocell est une matière chimique artificielle fabriquée à partir d’un élément naturel, l’eucalyptus. Sa fibre naturelle est régénérée et transformée par l’Homme. L'appellation “Lyocell” est la contraction des termes LYOphilisation et CELLulose. Cette matière est aussi connue sous le nom de Tencel, nom déposé du procédé Lyocell par l’entreprise autrichienne Lenzig.

Les entreprises sont des acteurs majeurs de l’économie. Elles décident du monde qui advient par leur pouvoir économique conséquent et façonnent le monde par leur décision. La RSE consiste à intégrer des considérations sociales et environnementales ainsi qu’une politique de développement durable sur le monde qui nous entoure.

La traçabilité est la capacité à remonter la chaîne d’approvisionnement des produits et de leurs composants, jusqu’aux matières premières. Pour obtenir une véritable traçabilité, une marque doit savoir d’où viennent les matières premières (par exemple le coton) et dans quelles conditions se trouvent les usines de confection du produit fini ou de ses composants (des fermetures éclair aux boutons, aux étiquettes) et pouvoir en faire la démonstration.

Être transparent, c’est partager publiquement des informations concernant le lieu de fabrication, les conditions et les matières qui composent un produit. Le soucis dans la mode, c’est qu’il existe des fournisseurs de différents “Rangs” (la définition est juste au dessus !) 1, 2, 3 ou 4 et qu’il est très compliqué de connaître le fonctionnement et donc de communiquer en transparence sur toute sa chaîne de production / l’ensemble de ses partenaires. Cela ne doit pas constituer une excuse pour les marques qui sont responsables devant la loi et les citoyennes des méthodes de travail de leurs collaborateurs, proches ou lointains

L’upcycling signifie littéralement « recycler par le haut ». Il s’agit de valoriser en les reconditionnant des textiles et vêtements existants en de nouvelles pièces dont la valeur est supérieure. Ainsi, une marque d’upcyling génère des vêtements considérés neufs à partir de déchets textiles. Mais ce terme peut s’appliquer également à une échelle personnelle (réparer un jean troué avec un empiècement en patch ou fabriquer une éponge tawashi à partir d’un vieux T-shirt).

Zéro déchets ne veut pas dire qu’on ne jette rien. C’est consommer le moins possible de nouveaux objets optimisés et non-néfastes pour l’environnement et recycler le plus possible circulairement.

" La nature est éternellement jeune, belle et généreuse. Elle possède le secret du bonheur, et nul n'a su le lui ravir. "

Georges Sand

x