Mon panier

Votre panier est vide.

×


Petite poitrine : il y a de quoi être fière

Bonnet A ou B et complexée ? Les complexes, c'est comme les phobies. ça peut bloquer et sembler insurmontable, mais pourtant, c'est très très souvent irrationnel. Ici, ça veut dire qu'une petite poitrine, c'est sublime. Et on le prouve !

Se sentir belle peu importe la taille de soutien-gorge

Les réseaux sociaux, désormais incontournables, sont des canaux d’information et d’inspiration merveilleux. Ils sont aussi d’énormes panneaux publicitaires (pour les marques comme pour les personnalités publiques). Sur instagram, un pantalon taille haute n’est jamais qu’un pantalon taille haute. Il est toujours présenté, mis en valeur, retouché (malheureusement), le tout pour donner envie. Il en va de même pour les corps. On n’y voit que des filles très minces aux belles poitrines (entendre par là, aux poitrines opulentes), dont les photos, rappelons-le, sont grandement éditées. Alors on respire et on ne se compare pas à des corps irréalistes. 

Les représentations fantasques du corps des femmes, on connaît. Aujourd’hui, certaines personnalités médiatiques ont recours à de la chirurgie esthétique. Il n’y a pas de jugement à porter sur cela. Chacun.e fait ce qu’iel veut de son corps. Cependant dans les faits, ces personnes sont présentes un peu partout et on s’habitue à leur apparence. Des seins rehaussés et étrangement imposants, ça ne nous choque plus. Pire encore : on compare nos corps, nos vrais corps, sans silicone, filtre ni retouches, aux leurs. Résultat : 40% des filles utilisant régulièrement les réseaux sociaux souffrent d’une mauvaise image corporelle.

Un peu d’optimisme maintenant ! De plus en plus de marques prennent conscience du rôle qu’elles ont à jouer pour les plus jeunes dans la construction de soi. C’est notre cas. Chez Mina Storm, pas de photos retouchées, pas de sélection préliminaire des mannequins sur des critères physiques. On compte sur l’expertise de ces professionnels pour mettre en valeur nos produits, pas sur leurs mensurations. C’est, pour nous, une étape nécessaire à la libération du corps de la femme. Notre but ? Que vous vous sentiez bien, représenté.es, et libres de vos mouvements, grâce à notre lingerie. Non, on ne perpétuera pas de complexes ou de préjugés sur une morphologie ou une autre. Parce que des préjugés, il y en a déjà assez comme ça… 

 

Les préjugés sur les poitrines menues

“Des seins de petite taille, c’est moins féminin”

Laissez-nous rire. Bon à savoir : il n’y a rien de moins fixe que la “féminité”. Les idéaux féminins sont en constante évolution, et ce depuis toujours. Alors quoi ? De nos jours, la mode est aux poitrines opulentes et aux peaux bronzées… la belle affaire. Pour autant, les reines et princesses du moyen-âge étaient aussi pâles que leurs poitrines était menues. C’était ça, la beauté. La féminité. De nos jours, on critiquerait volontiers la vénus d’Urbin de Titien pour son léger ventre et ses petits seins alors que, franchement, elle n’est pas sublime cette illustre inconnue ? 

L’idée, c’est que le “beau” et le “féminin”, ça veut tout et rien dire. Des seins, c’est beau, c’est féminin, c’est sensuel; petits, gros, moyens, qu’importe. Il n’y a pas à mettre en compétition différentes morphologies au nom d’un idéal. De plus, la féminité, c’est surtout un état d’esprit, une essence, quelque chose qui résonne à l’intérieur. Pas une paire de fesses rebondies et de gros seins.  


“c’est quand même pas très sexy si ?”

D’après qui ? et puis sexy pour qui ? Si l’idée sous-jacente c’est “les hommes préfèrent les gros seins”, on a un problème. De telles opinions sont à la fois réductrices pour les hommes, qui sont tout à fait capables de voir un peu plus loin que le décolleté (si, si), et pour les femmes dont la sensualité est alors réduite à des attributs physiques. “Sexy”, c’est comme “féminin”. ça ne se réduit pas à la taille de la poitrine. On ne tombe pas amoureux d’une paire de seins. 


Ces préjugés là, ils viennent surtout de nos complexes. On a en a toutes. De plus ou moins tenaces et handicapants, des qui se font oublier parfois et des qui influent sur la vie de tous les jours. Mais entre nous : ce n’est pas (que) du regard des autres que nous viennent ces pensées parasites. Alors d’abord et avant tout, on apprend à être doux.ce avec soi. Jamais on ne dirait tout ça à autrui. Donc on ne tient pas ce genre de discours intérieur non plus. Faute de réussir à tomber amoureuse de soi-même tout de suite, on apprend à s’apprivoiser, petit à petit.   


Chaque femme et chaque seins ont leurs atouts 

pile la bonne taille pour un confort à toute épreuve

Dans la vie de tous les jours 

Alors, on va détruire un mythe… Non, ce n’est pas parce que l’on a une petite poitrine que l’on peut faire son sport vêtue d’un simple débardeur. Peu importe la taille de bonnet, la poitrine peut vite être douloureuse si elle n’est pas maintenue lors d’un exercice physique. On privilégie donc une brassière légère et extensible en coton. Pour autant, ce qui est sûr, c’est que les seins ne risquent pas de partir dans tous les sens (et c’est déjà pas mal, niveau confort). Ils se font oublier, même s’il faut courir, dormir sur le ventre ou bronzer à la plage. 

La santé 

C’est assez logique, quand on y pense. Les seins, c’est avant tout plus ou moins de graisse qui pèse sur le torse, et ça fait mal au dos. Alors qui dit petite poitrine dit moins de graisse, dit moins de douleur au dos ou au sein. De plus, pour cette même raison, il est plus facile de détecter une éventuelle grosseur en se palpant la poitrine; la couche de graisse entre elle et la surface de la peau étant moindre.


Choisir ses sous-vêtements ? trop facile ! 

Corbeille, bandeau, bustier, triangles, brassières… Tout est possible pour une petite poitrine ! Les magasins de lingerie débordent d’options pour vous, et il est facile de trouver votre taille un peu partout. Vous avez uniquement besoin de vous préoccuper de l’esthétique de vos sous-vêtements (comme de vos vêtements, d’ailleurs). Il n’y a que l’embarras du choix! Certaines femmes aux plus grands bonnets n’ont pas cette chance. Injuste ? Pas d’inquiétude : Mina Storm propose des soutiens-gorges pour tous les bonnets, du bonnet A au bonnet F, sans compromettre l’esthétique ni le confort. Il y en aura pour tout le monde! Aucun risque de se retrouver avec un soutien-gorge trop grand, ni trop petit : notre guide des tailles vous permet de ne plus jamais vous tromper


Mettre un soutien-gorge reste une option

La cerise sur le gâteau. Le mouvement no bra ne cesse de prendre de l’ampleur, et vous, vous pouvez sauter le pas sans craindre de manquer de maintien. Pas de soutien-gorge, c’est des dos-nu immaculés l’été, un confort absolu, et une légèreté particulièrement appréciable l’été. Si, pour autant, vous ne vous sentez pas de sauter le pas, pas de panique ! Notre no bra top KIM a été conçu justement pour ce cas de figure. Il s’agit d’un débardeur doublé qui assure un léger maintien et couvrance, rendant le port de soutien-gorge optionnel (et pour les plus gros bonnets qui nous lisent, pas de panique, ça vous ira parfaitement aussi!). De quoi mettre en valeur toutes les poitrines, et apprendre à aimer ses petits seins ! 



Retrouvez-nous sur MINASTORM.COM ou sur notre instagram !

Veuillez noter que les commentaires doivent être approuvés avant d'être publiés

x